Aller au contenu

La vraie législation sur le cannabis à Amsterdam

Partagez avec vos amis 😉Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Les Pays-Bas sont depuis longtemps connus comme le pays des sabots, des tulipes, des moulins mais aussi... du cannabis !
Amsterdam, la capitale hollandaise, est la Mecque pour les aficionados de drogue douce. Mais qu'en est-il réellement ? On vous en dit plus sur la vraie législation sur le cannabis à Amsterdam.

Les Pays Bas et le cannabis

La Hollande a toujours fait figure de précurseur  dans le domaine de la légalisation des drogues douces. Il convient de noter, cependant, que la vente et la consommation de cannabis demeurent des pratiquent illégales au regard de la loi. Mais alors comment est-il possible que le cannabis soit consommé dans ce que l'on appelle les coffee shops à Amsterdam ? Dans les faits, la vente et la consommation sont tolérées. La mesure dont on parle est donc une dépénalisation. Cela date de 1976, époque durant laquelle les autorités hollandaises ne parviennent pas à gérer les problèmes liés aux drogues et à la violence dans le pays. C'est ainsi qu'Amsterdam acquiert sa réputation de ville libre et audacieuse.

Les coffee shops

Malgré l'image que l'on en a, les tenanciers des coffee shops doivent se plier à une réglementation particulièrement stricte. Ils ne doivent accepter que des personnes majeures. La vente de cannabis est limitée à 5 grammes par personne et par jour. Ils sont autorisés à garder leur stock de cannabis dans leur arrière-boutique, mais cela ne doit pas excéder 500 grammes. La vente d'alcool est en revanche prohibée dans un coffee shop. Un tenancier de coffee shop doit veiller à ce que ses clients ne gênent pas le voisinage et ne produisent aucune nuisance, que ce soit des nuisances sonores ou des dégradations matérielles. De plus, sachez que toute publicité pour ces enseignes est interdite. Ainsi, les enseignes proposant du cannabis ne peuvent compter que sur le bouche à oreille pour assurer leur communication et, ainsi, attirer de nouveaux clients. Cette méthode reste la plus efficace. Il existe même un hashtag sur Instagram utilisé par plus de 3 millions de personnes (#coffeeshop). Cependant, il n'est pas interdit aux enseignes de s'afficher (à l'instar des coffee shops Smokey, Paradise ou Bulldog), bien que la plupart d'entre elles préfèrent opter pour des devantures assez neutres et discrètes, dans une démarche plus intimiste. Cela montre aussi une certaine hésitation de la part de certaines enseignes à assumer pleinement le commerce de cannabis dans la ville. Il est aussi important de préciser que même si les coffee shops ont le droit de vendre du cannabis, ils n'ont pas le droit d'en produire ou d'en acheter. Le marché de la production est donc détenu par... des organisations criminelles !

Amsterdam, le cannabis et le tourisme

Le commerce du cannabis reste une institution pour Amsterdam et il contribue également à sa prospérité économique. La vente de cannabis étant taxée à 23%, cela permet d'accroître le budget de la ville pour effectuer de grandes améliorations (ainsi, les élus utilisent cet argent dans le secteur de l'éducation par exemple).

De plus, le secteur touristique de la ville d'Amsterdam attire de plus en plus de curieux. Chaque année, près de 15 854 000 visiteurs viennent découvrir Amsterdam. Ce chiffre pourrait s'élever à près de 23 millions classant ainsi Amsterdam parmi les destinations les plus prisées d'Europe. Notez que 90% des clients de coffee shops de la ville sont étrangers. Ils sont considérés comme de véritables attractions touristiques à part entière.

Et aujourd'hui ?

Depuis 1998, pas un seul nouveau coffee shop n'a ouvert à Amsterdam. On assiste même à la fermeture de certains de ces établissements (début janvier 2017, 8 établissement ont fermé). Le gouvernement hollandais semble toujours hésiter entre tolérance et répression en ce qui concerne le cannabis. Une nouvelle législation interdit l'ouverture d'un coffee shop près d'une école et cela dans l'optique de ne pas encourager les jeunes à fumer du cannabis. On imagine pourtant mal le gouvernement revenir sur sa décision concernant la dépénalisation du cannabis aux vues du poids important qu'il pèse sur l'économie du pays.

Plus étrange encore, les coffee shops subissent la concurrence de certaines start-up et de nouveaux moyens de communication. Il existe des entreprises de livraison comme Deliveroo mais pour le cannabis (on peut citer Eaze dont le rappeur Snoop Dog est actionnaire), des projets de livraison par drone (via une plate-forme nommée Trees) et même des box cadeaux faites de joints ! Cependant, le coffee shop a encore un bel avenir car les personnes fréquentant ce genre de lieux ne cherchent pas uniquement à consommer du cannabis : ils veulent aussi profiter d'une ambiance festive, détendue et entre jeunes !

Et vous, avez-vous déjà visité Amsterdam et ses coffee shops ?

 

Photos : http://www.eatingamsterdamtours.com - https://sensiseeds.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *